Merci d’écrire quelques nouvelles…

Ma situation familiale et son environnement sont sans changement et le tout me convient.

J’ai éprouvé un véritable plaisir à retrouver l’ambiance de la promotion et à revoir des camarades dont j’aurais presque oublié combien ils m’étaient chers.

La cérémonie était simple et de bon aloi. En plus d’un frisson provoqué par un glacial nordet, remplaçant le crachin breton par des frimas inconnus, il me semble avoir ressenti comme un souffle particulier, au coté de Marceau. Sans doute était-ce à l’idée de voir rassemblées en un lieu prestigieux,  en un sublime instant,  autant de promotions des deux écoles et de tous les âges. C’était la démonstration de la cohésion des Officiers de France dans une communion qui semble immortelle.

Je ne souhaite pas verser dans une sensiblerie qui pourrait nous guetter à nos âges. Je veux simplement affirmer que c’est une Force d’appartenir à une telle communauté

 



lu (87) fois