La réponse du Président…!

Vous vous souvenez que j’avais écrit à nos enfants un mot au sujet d’un prof de math que j’ai eu à Alger.

Je n’ai pas attendu que certains me conseillent de l’adresser aussi au Président de la République pour le faire.

J’ai reçu une réponse. Je pense qu’elle devrait figurer dans le manuel du parfait rédacteur  d’état-major … !

 

 

 

le 15 septembre 2018.

 

Monsieur le Président,

 

Mon épouse et moi-même sommes originaires d’Algérie. Après avoir entendu les informations, j’ai envoyé ce mot à nos enfants pour qu’ils ne soient pas dans l’ignorance.

Je ne sais si vous aurez le temps de le lire, si oui, je vous en remercie.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’hommage de mon profond respect.



lu (166) fois

Insigne de la 7ème promo tunisienne.

Il y a plus d’un an, j’avais écrit trois mots au sujet des insignes de promo portés par de officiers tunisiens. Parmi ceux que j’avais joint, il y en avait un dont le nom était inconnu….

Razgallah m’a éclairé. C’est l’insigne que se sont fait faire nos petits cos tunisiens… le pendant de la S 14 ( 150 ème promotion) s’ appelle Taïeb El Mechiri ( 7 ème promotion). L’Académie Militaire de Fondouk Jeddid  a été ouverte en 1970, avec l’ aide active de la France, et il n’y a plus eu d’officiers tunisiens formés à Saint Cyr.

Je me souviens avoir assisté à la sortie d’une promo à laquelle le fils de Chouba appartenait, ça ressemblait énormément à la nôtre.

Vous admirerez le style du sous-lieutenant Razgallah , son écriture et l’insigne qui , je crois,  est son idée.

 

 

 

 

 

 

 

 



lu (45) fois

Souvenir et amertume

Vous devez savoir , avant de lire la suite de cet article, que mon épouse et moi sommes natifs d’ Algérie. Je suis né à Alger, j’ y ai vécu 17 ans dans un quartier populaire. Je suis allé en France trois ou quatre fois pendant les vacances d’ été un peu en camp scout , un peu chez ma grand’mère.  Maman m’ a  “rapatrié” d’ office l’ été 59 pour que je passe mes bacs . A Alger , ce n’ était pas le meilleur endroit pour ça !

Ecoutant distraitement les informations , j’ ai entendu un nom qui me disait quelque chose. J’ ai vérifié , oui , ça devait me dire quelque chose.

J’ai pensé qu’ il fallait que je le signale aux enfants. Je leurs ai donc écrit  avant que l’ affaire ne se dilue …

Je vous donne à lire ce petit mot, c’est familial .

Le 14 septembre 2018.

Souvenir et amertume.

 

Bonjour, les enfants,

Vous connaissez nos origines géographiques. Nous parlons très rarement des évènements que nous avons vécus en Algérie. Mais aujourd’hui, je vais vous donner mon impression.
Vous savez qu’en raison de la situation administrative et juridique de l’Algérie (trois départements depuis 1848 puis plus à partir de 1955), il n’y avait pas guerre mais rébellion. D’où les difficultés de compréhension et d’emploi des forces de l’ordre (dont les armées font parties) et l’impuissance des gouvernements obligés de contourner le code pénal du temps de paix pour venir à bout de la révolte en décidant l’emploi de tous les moyens. S’il avait eu guerre, la question ne se serait pas posée.
En Algérie, il existait un parti communiste algérien (PCA) dont les membres étaient surtout européens. Indépendant et autonome, il avait cependant avec le parti communiste français (PCF) des relations étroites.  Si au début de la rébellion le FLN a décliné les offres de service du PCA, il a changé d’avis rapidement. La connaissance technique de ce dernier dans le domaine des explosifs était réelle et indispensable à la rébellion. Le PCF, en tant que parti frère, a peut-être soutenu l’action du PCA et envoyé en Algérie du renfort. La mutation de fonctionnaire était la façon la plus discrète et la plus innocente de le faire.
Les années 56 – 57 sont dans mon souvenir celles où il y a eu le plus de bombes et d’exactions dans Alger. Pas un jour sans que ne soit signalée une attaque y compris dans notre quartier populaire. En particuliers, je me souviens d’un bus éventré par l’explosion d’une bombe, j’aurais pu être dedans, c’était la ligne D qui montait à La Redoute et à Diar es Saada, chez nous. Un de mes voisins et camarade de classe, Yann Lenévanic y était, il a eu les jambes coupées ; comme moi, il devait avoir 14 ans !!
En 56 – 57, j’étais en 4eme au lycée Gautier. Notre professeur de math était madame Audin, nouvellement arrivée au lycée. Vous avez vu ou entendu les informations.
Cette femme, si elle n’était pas inscrite au parti communiste comme son époux, était au moins un “compagnon de route “. Elle ne  pouvait douter de ses discrètes activités , peut-être dans la préparation des explosifs ou dans la planification des attentats, mais au moins dans le soutien «  moral » de ces actions.
Elle savait que les enfants à qui elle faisait cours de 14 à 15 h pouvaient être tués ou estropiés à vie à 17 h en rentrant chez eux….Elle ne pouvait ignorer que son mari était au minimum complice et au pire  coupable d’ homicide volontaire…….
Et c’est à elle que le Président va demander pardon au nom de la France !
Mais c’est elle qui devrait le dire à toutes les familles des enfants innocents, ses propres élèves !
Vae victis, malheur aux vaincus, tant pis pour nous,  et madame Audin est aujourd’hui officiellement dans le camps des  vainqueurs.
Je suis plein d’ amertume après avoir entendu ce qui a été dit récemment. Je voulais juste vous le signaler.

Nous vous embrassons.

 

 

 



lu (174) fois

Une émission vidéo sur les troupes françaises Barkhane

Mon fils Emmanuel vient de réaliser un film en 3 séquences pour la télévision (RMC découverte) dont voici la bande annonce :

LES SOLDATS DE NOVEMBRE

Série documentaire de 3X52 minutes

Ils ont entre 20 à 25 ans. Ils s’appellent parfois eux-même la génération attentat ou les enfants du 11 septembre. Ils se sont engagés dans l’armée après les attentats de novembre 2015 en sachant qu’ils seraient un jour où l’autre envoyés en opération extérieure.
Pendant 6 mois, je les ai accompagné au cœur de leurs missions. Derniers entraînements en France, voyage vers le Nord du Mali où ils ont passé 4 mois, découverte de la plus grande opération extérieure du moment, l’opération Barkhane, participation à plusieurs opération d’envergure puis retour en France, ces jeunes soldats ont découvert la réalité d’un conflit dont on parle finalement peu.

retrouvez Charly, Florian, Denis, Jordan, Bastien et Bilel dans
LES SOLDATS DE NOVEMBRE
le 14 juillet prochain sur RMC découverte

07H15: épisode I – la sueur épargne le sang

08H15: Épisode II – au danger mon plaisir

09H15: Épisode III – être et durer

(le défilé du 14 juillet est à 10H00 en direct sur les chaînes qui le diffuse)
Extraits en téléchargement sur ce lien :
https://we.tl/kYvIbxfW8V

3 séquences de 2 min à charger et regarder



lu (103) fois