Décès de BACCAM Vien

J’ai la douleur de vous annoncer le décès de BACCAM VIEN le samedi 24/09/2022 aux USA des suites d’un cancer à l’estomac.

Ses obsèques auront lieu, le vendredi 30/09/2022. Son jeune frère qui habite Le Havre va partir, le samedi 1er/10/2022 pour soutenir moralement son épouse et et ses enfants. Il voulait partir plus tôt mais, il n’avait pas trouvé l’avion.

A son vivant, il m’avait dit qu’il avait 2 ans de plus que mois. Il était né à Sola qui avait été annexé par le Vietnam. Suite à la perte de Diên Bien Phû, les Français les ont amené au Laos et, en 1955 La France avait créé l’école de cadets (école enfants de troupes) à Vientiane où il était en 1955 à cet école en classe de CM 2. En 1956, j’avais réussis au concours d’entrée en 6ème où nous étions ensemble.

Toute la promo s’associe pour présenter à sa famille ses sincères condoléances.

Un résumé de la carrière de notre petit-co

Il est né en 1940 (lire ci-dessus ses origines). Il appartient à la section Vuiblet (3/3).

A la sortie de l’ESM, il choisit les Transmission. Il commence sa carrière à la Direction des Transmissions à Vientiane.

De 1970 à 1972, il effectue un certificat technique à Pontoise, puis poursuit par un stage à l’ESEM de Rennes.

Lors de la prise de pouvoir des communistes au Laos, il décide de rester, persuadé qu’il n’avait rien à se reprocher !

Arrêté en 1975, lui aussi, comme d’autres petit-cos laotiens, il est interné par les communistes pendant 13 années, dans le même camp que son cousin Khoal et Nokham VATTHANA.

Sa femme et ses enfants ont pu fuir le pays à temps et sont partis se réfugier au Canada.

En 1988, libéré, il arrive à rejoindre sa famille aux USA à Rockford dans l’Illinois. Il reprend des études de technologie électronique, puis entre chez Motorola ou il travaillera jusqu’en 2005.

Il avait repris contact avec la Promo et conservé toute sa fidélité.

Décès de Maurice LALLEMENT

La gendarmerie de nouveau en deuil : nous venons d’apprendre le décès Maurice LALLEMENT ce samedi 9 juillet matin à Marseille.

Nous le savions atteint d’un cancer grave. Son épouse, Marianne, nous a prévenu. La promo lui présente ses sincères condoléances.

Obsèques

Elles ont eu lieu le mercredi 13 juillet à 15 h00 dans l’église Saint Blaise de Valensole – Alpes de Haute Provence

L’inhumation a eu lieu au cimetière de San Morenzo (Haute Corse) le samedi 16 juillet, notre petit-co, André S9UBIROU lui a rendu un dernier hommage

Monsieur le diacre Pierre-Jean FRANCESCHI,

Monsieur le Maire, Jérôme NEGRONI,

Mesdames et Messieurs les officiers et sous-officiers de la gendarmerie nationale,

Mesdames, Messieurs,

Chère Marianne

Il est de tradition à l’École spéciale militaire de Saint Cyr, qu’un camarade de promotion rende hommage au partant pour rappeler la trace laissée parmi les siens. C’est à ce rite que je vous invite pendant quelques minutes.

Je remercie Monsieur le diacre Pierre-Jean FRANCESCHI et la famille de l’avoir autorisé.

Cher Maurice, c’est à toi que je veux m’adresser maintenant,

Nous nous sommes rencontrés le 16 septembre 1963, dans ma même chambrée de la Spéciale, nous n’avions pas encore 19 ans.

Pendant deux ans, nous avons tout partagé, les jours heureux et exaltants, les nuits sans sommeil, qui ponctuent l’apprentissage de la vie de soldat, puis la formation au commandement des élèves officiers. Car avant d’avoir l’honneur de commander, il faut apprendre à obéir, en discernant toujours la lettre et l’esprit.

Au sein de la vingtaine de « petits-cos » de la section, c’est ainsi que l’on appelle les camarades de promotion, tu étais le boute-en train, rayonnant de la joie de vivre en toutes circonstances.

Ton goût pour l’effort et le sport, ta condition physique impeccable te permettaient de supporter, sans altérer ni ta bonne humeur, ni tes capacités intellectuelles, les exercices d’aguerrissement les plus exigeants.

Natif de la plaine de Lorraine, tu rêvais pourtant de la montagne, car c’est une école de l’excellence. C’est ainsi qu’après avoir choisi l’infanterie, tu es parti « tout schuss » chez les chasseurs alpins du 7e bataillon, alors « fer de lance » de cette subdivision d’élite. Tu y obtiendras les qualifications montagne les plus élevées, ce qui te vaudra de servir ensuite à l’École Militaire de Haute Montagne à CHAMONIX, pour y former les meilleurs cadres des troupes de montagne.

Sportif de haut niveau, doté d’un sens élevé de l’intérêt général tu choisis de continuer ta carrière dans la Gendarmerie nationale ta deuxième passion. Dans cette nouvelle arme d’élite tu laisses une trace profonde, celle de père de la spécialité « montagne » en Gendarmerie nationale, avec la création des pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM).

Ta longue carrière en gendarmerie se déroule principalement en Savoie, où tu seras commandant de groupement, puis chargé de la sécurité des jeux olympiques d’hiver d’ALBERTVILLE en 1992.

La Corse, « cette montagne au milieu de la mer », comme tu l’appelais, sera ta troisième passion, nous la partagions. Lorsque tu commandais la gendarmerie en Corse, nous avons, quand nos agendas le permettaient, randonné ensemble sur le GR 20 et dans les canyons de l’île.

Plus tard, cet intérêt pour la Corse s’est transformé en passion pour son histoire que tu as contribué à enrichir avec ton livre « Maréchaussée et gendarmerie de Corse 1769 à 2002.

Au-delà de la beauté des sites de l’île et de la richesse de son histoire, l’amour de ta chère Marianne, rencontrée sur le continent, t’as fait découvrir l’âme et l’identité profonde des Corses. C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui au cœur de la piève du VALLERUSTIE, dans la haute vallée de la CASALUNA, à SAN LORENZO votre village de Corse.

Il y a quelques jours, notre camarade Bernard PREVOST, ancien officier du 2e Régiment étranger de parachutistes à CALVI, préfet, directeur de la gendarmerie nationale, dont tu avais été, alors général, chef de la division des opérations, m’a fait part de ta détermination pour lutter contre la maladie, loin de songer à une issue imminente. Jusqu’au bout tu as gardé l’enthousiasme et l’optimisme du jeune élève officier à la Spéciale.

Maurice, mon « petit-co » de Saint Cyr, mon frère d’armes fantassin, figure de la Gendarmerie nationale, je te salue au nom de la promotion du Cinquantenaire du serment de 1914, nom choisi en 1964 pour honorer la mémoire de nos anciens qui, en juillet 1914, avaient fait le serment d’entraîner leurs hommes au feu en casoar et gants blancs. A défaut d’expérience, ils pressentaient qu’il fallait une pointe de panache pour galvaniser les jeunes soldats de leur âge et donner confiance au plus âgés d’entre eux qui auraient pu être leur père.

Maurice, tu laisses dans le souvenir de chacun d’entre nous, une trace impeccable comme celle que tu dessinais à skis sur les pentes de neige vierge.

Marianne merci de lui avoir permis de vivre jusqu’au bout ses passions et de lui offrir la terre de Corse, qu’il a tant chérie, pour son repos éternel.

Repose en paix sous la croix du SAN PEDRONE, plus haut sommet de la CASTAGNICCIA.

A Dieu cher Maurice.

 

Rappel de la carrière  de Maurice LALLEMENT

né le 28 octobre 1944

Préparation Cyr : Corniche Drouot Nancy

Arme en 1965 : INF changement : 1972 gendarmerie

Fin du service militaire actif : 1 janvier 2003 – GD

Décorations : off LH (14.07.1998)

Carrière :

1966 7° BCA Bourg Saint Maurice

1969 EMHM Chamonix (chef de sections ESOA, équipe de France militaire de ski)

1972 Gendarmerie Melun

1973 Escadron 5/15 Chambéry (cdt)

1977-82 Compagnie Alberville (cdt)

1982 BEMSG puis DGGN

1987 Groupement de Haute-Savoie (cdt)

1989 Délégation ministérielle à la sécurité JO d’Alberville

CHEM

1993-94 DGGN

1994-95 Inspection de la DOT (adjoint)

1995-96 Légion de Corse (cdt)

1996 Général de Brigade

1996 Circonscription d’ Orléans (cdt)

1998 DGGN

Région Aquitaine (cdt)

1.1.2000 Général de division

1.1.2003 2° section

Cour d’appel d’Aix en Provence (juge de proximité)

Responsable club cycliste gendarmerie

Notes St Cyrienne

Maurice Lallement choisit l’infanterie et, à l’issue de son application, les troupes alpines. Très sportif, il devient champion de France militaire de cross par équipe, et rejoint en 1969 l’E.M.H.M. en qualité de membre de l’équipe de France militaire de ski, mais également comme chef de section d’ESOA.
Il opte en 1972 pour la gendarmerie et, en sortant de Melun, il choisit l’escadron 5/15 de Chambéry dont il prend le commandement à l’été 1973. Puis il commande la compagnie d’Albertville (1977-1982). A l’issue, il suit la scolarité de la 1° promotion du BEMSG qui le conduira à une affectation à la D.G.G.N. avant de prendre en 1987 le commandement du groupement de la Savoie. Deux ans plus tard, il rejoint la délégation interministérielle à la sécurité des J.O. d’Albertville. Puis vient le CHEM.
Il retourne à la DGGN en 1993 et prend un an plus tard les fonctions d’adjoint à l’inspecteur de la D.O.T. Il prend ensuite le commandement de la Légion de Corse où il ne reste qu’un an, étant appelé à commander la circonscription d’Orléans (1996) alors qu’il vient d’être nommé général de brigade. Il effectue à partir du 1° mai 1998 un ultime passage à la D.G.G.N. comme chef du « service des opérations et de l’emploi » de la direction générale de la gendarmerie nationale, avant d’achever sa carrière à la tête de la région Aquitaine. Il rejoint la 2° section le 1° janvier 2003.
Il sera ultérieurement juge de proximité dans le ressort de la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

 

Décès de Loïc de VANSSAY de BLAVOUS

Notre peit co Loïc de VANSSAY a quitté les siens et la Serment de 14 le 8 juillet après une longue maladie.

Ses obsèques auront lieu mardi 13 juillet à Préfailles (Loire Atlantique) dans l’église à 10h30. Il sera inhumé  après de ses Pére et Grand père à Courtelin (Orne).

C’est un fidèle de la promotion, longtemps engagé comme président de l’Association des Anciens du lycée Saint Geneviève de Versailles.

Rappel de la carrière militaire

Notre petit co nous quitté le juillet 2021 à la suite d’une longue maladie.

Né le 17 juillet 1943, il était issu d’une longue lignée militaire.

Marié à Marie-Pia Roussille, il a eu cinq enfants, dont Thibaut (Promo Capitaine Stephane 1992-95, 4° cyrard de la famille en ligne directe, contrôleur des armées).

Loïc a préparé Cyr à Ste Geneviève de Versailles.

  • Il était fine à la 2/1. section Delbos
  • 1965-66 Appli EABC Saumur.
  • 1966-69 16°R.Dragons à Noyons (chef de peloton).
  • 1969-72 EABC Saumur (chef de brigade EOR).
  • 1972-75 11° R.Chasseurs à Berlin
  • 1975-78 EABC Saumur.
  • 1978-81 SGDN (Péninsule Arabe et Golfe persique).
  • 1981-83 95° Promo de l’E.S.G.
  • 1983-86 4°R.Dragons à Mourmelon (commandant en second)
  • 1986-88 Inspection de l’ABC.
  • 1988-90 1°R.Cuirassiers à St Wendel (chef de corps).
  • 1990-93 Maroc (coopérant technique puis attaché de défense).
  • 1993-96 l’EMA (relations extérieures).
  • 1996-98 Tel Aviv (attaché de défense).
  • 1 juillet 1998 Général de brigade
  • 1998-2000 Commandant militaire départemental de Corse du sud.
  • 1 juillet 2000 Fin du service actif.

Il sera ensuite chef de la mission centrale de liaison pour l’assistance aux armées étrangères, au sein du SGA-DAJ.

Loïc était fidèle à la Promo. Il s’exprimait volontiers dans notre bulletin, notamment à promos de ses missions :

En Israël : »Après plus de 25 ans de gel des relations militaires, cela a repris un peu, très fort depuis deux ans, mais nos « amis » sont toujours aussi difficiles à faire aimer. Pourtant, même s’il y a beaucoup d’aspérités, pour ne pas dire épines, ils le méritent, chacun devrait trouver son compte et son lot de satisfactions et enfin, ce n’est pas eux qui limiteront leurs aspérités, autant que nous le fassions tout en le faisant savoir. »

Dans l’île de Beauté : « C’est vrai qu’elle est belle, très belle, préservée des outrages du tourisme comme peu d’autres endroits du bassin méditerranéen. Elle est aussi petite et pauvre économiquement et, il fut le dire, intellectuellement car c’est un mode résolument fermé, centripète, assez plaintif, où l’ego pèse lourd, trop lourd. »

Sa dernière lettre à Antoine THIRY, notre trésorier

Nous partageons la tristesse de la famille de Loïc et nous ne l’oublierons pas.

Un mot de :

Daniel Schaeffer

Quel courage pour lui et quelle tristesse pour moi en tant qu’ancien de la 2/1. A l’occasion des 25/50 il m’avait fait part de son mal sans plus s’étendre et par égard pour lui, par discrétion, je ne lui avais pas posé davantage de questions après sa révélation. En voilà encore un de nous qui part. Je pense que Dieu n’aura aucune difficulté à accueillir son âme. Adieu Loïc, bon chemin vers le Père éternel.

Pierre JACOB

Chers camarades, j’ai appris avec beaucoup de tristesse le grand départ de notre camarade… Je venais tout juste d’apprendre qu’il était malade… mais n’imaginais pas du tout que l’échéance était proche…
Il se trouve que  je suis à l’Ie aux Moines pour une grande réunion de la famille de Clotilde… puis nous avons prévu 2 jours à KERHUR, 1H00 au Nord de VANNES,  chez nos amis Philippe et Gaït de KERAUTEM…

Je tiens donc à  aller à PREFAILLES avec Clotilde pour tenter de soutenir un peu  sa femme et sa famille… nous pourrions donc aussi représenter la promo…

Au 2ème bat j’étais dans la même chambre que Loïc, puis nous étions ensemble en appli  à l’Ecole de Cavalerie où nous nous sommes retrouvés également  au stage des capitaines en 1972… Clotilde lui est profondément reconnaissante, comme à Patrick de MONTFORTet leurs épouses, de l’avoir fortement  soutenue et d’avoir gardé notre première fille Cécile, alors âgée d’un an et demi,  lorsque je m’étais fracassé le crâne en moto…

Nous nous sommes revus aussi plusieurs fois à Paris, lorsque notamment j’avais organisé des réunions pour de Cyrards étrangers de notre promo de passage…

Merci de me donner tous les renseignements utiles pour le 13 et de me dire si d’autres camarades seront présents…

Gilles de MONCUIT

Comme beaucoup d’entre vous je suis très triste de la mort de Loïc. Outre notre année d’application à Saumur, nous avons passé deux fois trois ans ensemble comme instructeurs à Saumur. Cela a créé des liens quasiment familiaux. Loïc et Pia étaient pour moi, célibataire à l’époque, comme une seconde famille.
Les qualités intellectuelles de Loïc, sa rigueur, son humour le faisaient apprécier de ses élèves : X, EOR et Sous-Lieurtenants.
Pendant 3 années nous avons aussi partagé des émotions fortes et des moments inoubliables, à cheval, sur des hippodromes, ayant eu l’opportunité de monter en course avec des chevaux « militaires »
Nous avons conversé au téléphone voilà quelques semaines, sa sérénité devant la mort et sa foi m’ont vivement impressionné.
Je serai bien sûr à Préfailles avec mon épouse mardi.

Décès de Michel BIGNAND – extraits de sa carrière militaire et souvenirs

Alain MOREL vient de nous faire part du décès de Michel BIGNAND suite à une longue maladie qui durait depuis plus de 6 mois.

Nous avons été informé par le fils de MOREL, CEM de la BSPP.  Nous avons pris contact avec son fils, Médecin en Chef du SSA. qui nous tiendra au courant de la suite des événements.

La cérémonie d’adieu aura lieu le mardi 18 août à 14h00 à la Chapelle du Val de Grâce

Michel a fait l’essentiel de sa carrière militaire à la BSPP, où il est devenu une « légende ».

La promotion adresse à toute sa famille ses sincères et amicales condoléances.

Un extrait de sa carrière militaire

  • 1961-63 – Corniche La Flèche
  • 1963-65 – 6e/2e Cie Section Delbos
  • 1965-66 – EAI Saint Maixent –  TDM/Inf
  • 1966-70 – 1er RIMa à Granville
  • 1970-72 – CCS de SMA Fort de France
  • 1972-2000 – BSPP Paris
  • Il a commandé la 3e compagnie (Port-Royal), puis le 2e groupement d’incendie (Masséna).
  • 1988 -90 CdC BSPP GI 2
  • 2000 Cabinet d’Audit, conseil en sécurité

 Un commentaire retrouvé dans le bulletin de 1981

Actuellement dans un EM de groupement incendie, en instance d’affectation à l’EM de la Brigade-Bureau opérations. 18 ans de service. C’est le moment du bilan. En 1972, j’ai rejoint par hasard la BSPP où j’exerce depuis 9 ans.Dans l’armée actuelle cette affectation qui m’aurait fait sourire – et même rire -à ma sortie de Coët m’a apporté de véritables satisfactions. Si je ne suis pas breveté, je souhaite rester dans cette unité. En effet, j’exerce comme chef de bataillon un commandement opérationnel sur le terrain en plus du travail d’EM. Je suis actuellement satisfait de mon sort et content de pouvoir le dire.

Encore une intervention réussie pour le paradis des sapeurs-pompiers de Paris

Souvenir de la Section Delbos par Jean-Marie L’Honen

Nous étions quelques uns à profiter des vacances de Pâques 1965 pour aller faire un stage au fin fond de la Bavière afin d’acquérir le brevet de parachutiste de la Bundeswehr.


La photo nous montre à Munich en train de…goûter de la bière. Si mes souvenirs sont bons M Bignand était avec nous.
La seconde est un soir très mouillé où notre section avançait dans une tenue assez particulière. MB était là bien visible !

Décès de Erik FARLEGNI extrait de sa carrière militaire et civile

Nous venons d’apprendre le décès de notre petit co Erik FARLEGNI des suites d’un cancer.

Ses obsèques ont eu lieu samedi 13 juin à 10 h 30 en la cathédrale de Saint Malo (35) située dans les murs de la ville.

La promo adresse à toute sa famille ses sincères condoléances.

Rappel de la carrière de Erik FARLEGNI

  • 1963 –  préparation concours ESM corniche militaire de Bordeaux
  • 1963-65 – EOA Compagnie Kermarrec  (KKSADPDK -la 3)  section Dectot (la 2)
  • 1965-66 – EAABC Saumur
  • 1966-71 – 503e RCC Mourmelon
  • 1971-72 – EAABC  Saumur
  • 1972-73 – EAGendarmerie Melun
  • 1973-77 – Escadron de Gendarmerie mobile Versailles Satory
  • 1977-79 – Commandant la compagnie de Gendarmerie de Chateaulin
  • 1979-1980 – AMT Côte d’Ivoire Abidjan
  • 1980-83 – SIRPA Paris
  • 1983-87 – Direction générale de la Gendarmerie Paris
  • 1987-90 – Commandant du groupement de la Gendarmerie du Finistère Quimper
  • 1991 – Article 5 rejoint Saint Malo Directeur logistique des laboratoires Geomer Saint Malo
  • 1994 – Directeur technique de la SA La Découverte Saint Malo
  • 2000- en retraite à Saint Malo

De Jean-Marie LEVAL le 13 juin

Voici 2 coupures de Ouest France : l’une, avis d’obsèques, d’avant-hier 11 juin, l’autre, de ce jour 13 juin : article en rubrique locale, « dernier hommage ».

C’est par un temps gris et pluvieux que notre Petit Co a fait son adieu, sans précision sur l’inhumation ou la crémation, et un nombre de places limité en la cathédrale soumise aux règles sanitaires

en vigueur. Adieu l’Ami ! JM