Décès de Khempevi Jean BOULOM – Cérémonie des obsèques -message de son épouse Marie

Kheuap FRICHITTHAVONG vient de nous apprendre le décès le 8 décembre de notre petit-co Franco-Laotien Khempevi BOULOM.

Ses obsèques ont eu lieu le mardi 11 décembre à 14h30 au crématorium de Saint Raphaël – Boulevard de l’Aspé.

  • Khempevi était à la section Fages (1/4) et a pris le Génie.
  • Après l’EAG, il est rentré au Laos, et a servi son pays jusqu’à la prise en main par les communistes.
  • 1975 – Réfugié en France comme plusieurs de nos petits-cos laotiens, après une période difficile de réfugié à Perpignan et Baccarès avec 5 enfants, il a pu être intégré dans la Légion étrangère au RILE de Castelnaudary.
  • Naturalisé français il a été affecté au 2e RG de Metz en 1980 puis à la DTG de Nancy.
  • En 1990 il est à la DTG de Chalons-sur-Marne et en 1994 il rejoint la Direction des Établissements du Génie de Rastadt.
  • En 1997 il est adjoint au chef de bureau infra au 4e Régiment de Hussards de Metz.
  • Il prend sa retraite en 2001 à Roquebrune sur Argens.

Comme plusieurs de ses camarades laotiens, il a subi l’oppression communiste et a du fuir avec sa famille. Réfugié en France, il a pu, grâce au soutien de certains d’entre nous, être intégré comme officier étranger puis reprendre une carrière normale dans le Génie. Il a pris sa retraite en tant que Lieutenant-Colonel.

La promotion adresse ses sincères condoléances à son épouse et ses enfants. Elle sera représentée à la cérémonie des obsèques.

Quelques souvenir cinquantenaires

Au IIe Bat

La cérémonie des obsèques

ÉLOGE FUNÈBRE du Lieutenant-Colonel (er) Jean BOULOM, présentée par Kheuap FRICHITTHAVONG

Madame Marie BOULOM, descendants, proches, amis présents aujourd’hui,

C’est au nom de la Promotion Serment de 1914, les Saint-Cyriens Franco Lao et en mon nom que je prends la parole en cet instant solennel.

Mon très cher ami BOULOM,

Les traits de caractère que ta fille a déjà commenté depuis le début de ta carrière en 1963 sont très honorés.
La perte d’un grand ami cher est une souffrance et un arrachement.
C’est avec une grande émotion et une grande tristesse pour la promo et les Saint-Cyriens Franco Lao qui ont perdu un homme cher.
Aux côtés de ton épouse, tes enfants, tes petits enfants, et de tous ceux qui auraient souhaité t’entourer aujourd’hui, nous te rendons hommages.
Nous disons adieu à un ami apprécié et aimé.
Que tu te reposes en paix.

La promotion est bien représentée par moi même, DERMONCOURT Jacques et PHANNAVONG Vincent.
Trois officiers supérieurs en activité étaient présents, Le Colonel LANCRENON chasseur Alpin, Le Médecin Colonel et un Lieutenant Colonel du 6àme REG origine laotienne.
96 personnes assistaient à la cérémonie. La plupart du temps était prise par le bonze et j’avais une minute pour lire l’éloge.
Le Colonel Lucien BARTH gendre de BOULOM se fait bonze pour rendre hommage à son beau père.

Le cercueil était couvert du drapeau tricolore. Je crois que la famille est contente et bien appréciée de la présence de la Promotion Serment de 1914.

Message de Madame Marie BOULOM  14 mai 2019

Je vous remercie avec beaucoup de retard pour votre sollicitude qui m’a profondément touchée

J’ai en effet effectué un long séjour au Laos en souvenir de mon époux.

Jean Khampheui a toujours conservé un lien particulier avec l’armée française en général et sa promotion de Saint Cyr en particulier.

C’était pour lui un motif de grande fierté d’avoir servi sous les armes de la France, parmi ses camarades.

Je vous remercie encore pour votre soutien amical.

Marie BOULOM



lu (177) fois

2 thoughts on “Décès de Khempevi Jean BOULOM – Cérémonie des obsèques -message de son épouse Marie

  • Jean-Marie LEVAL
    9 décembre 2018 à 14 h 47 min
    Permalink

    Adieu l’Ami. Parmi les souvenirs le concernant, outre celui du parcours du combattant ci-avant, une manœuvre dans la lande bretonne au cours de laquelle des troupes du 3ème RIMa nous ont encerclés, à 3 ou 4 de la section ; planqués dans une ferme proche, il fallut s’exfiltrer et, grâce à des habits obligeamment remis par les fermiers, nous avons réussi à franchir le bouclage, qui (Petitjean me semble-t-il ?) avec une brouette de foin cachant nos armes, qui (moi et Boulom), pseudo bûcherons bien bretons, portant sur l’épaule une longue perche d’où pendait une bâche en sorte d’écran mais laissant voir nos rangers émergeant de la boue… Second retour de mémoire : au repli de Manta du Tchad, restant avec mon seul détachement, j’entrais dans le bureau d’un LCL chargé de l’évacuation de matériels ; il conversait avec un officier français, vu de dos, mais dont la prononciation et l’accent me replongèrent illico dans la chambrée de Coët : c’était notre ami oeuvrant là ! “Bazar Boulom !” le fit se retourner et nous nous retrouvâmes brièvement réunis, gommant les années passées et ravivant bien des souvenirs. Qu’il repose en paix et que les siens soient assurés de mes condoléances attristées. JML.

  • Dominique MAUNOURY
    8 décembre 2018 à 21 h 04 min
    Permalink

    Bonsoir, j’ai deux souvenirs concernant Boulom.

    – Quand il est arrivé, il était persuadé qu’il irait aux Etats-Unis, et que l’escale française n’allait pas durer.

    – Pour le saut en parachute dans le golfe du Morbihan, au moment de nous préparer, nous avons permuté notre armement; je lui ai passé mon PM et j’ai sauté avec son fusil en gaine.

    Au revoir Boulom.

    Dominique Maunoury

    ps : sur la photo de la section, c’est moi qui suis en tenue de drap, alors que tous sont en treillis, mystère !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.