Décès de notre petit-co sénégalais Mountaga DIALLO- message P. VIGAN du 29/10/17

Général Mountaga DIALLO

Patrick VIGAN nous communique :

Informé par la St Cyrienne Dakar, nous apprenons le décès de notre petit co, le général Moutanga DIALLO, d’une longue maladie contre laquelle il luttait depuis des années.

Notre petit co avait effectué une brillante carrière, le conduisant entre autres à être ambassadeur du Sénégal à Moscou.

Si j’obtiens les coordonnées de sa famille, je tacherai de rendre visite à sa veuve, au nom de la promo, courant octobre à mon retour au Sénégal.

Les obsèques ont eu lieu hier, mardi 5 septembre.

J’ai adressé un message de condoléances au président de la St Cyrienne du Sénégal au nom de la promo.

Pour en savoir plus

Le message de Patrick JARDIN

Je suis bouleversé par l’annonce du décès de Mountaga DIALLO. Il était dans ma compagnie et je l’avais longuement  rencontré pendant mon séjour à Thiès (85-87) où j’avais pu réunir avec lui et Khaly DIAKHATE, Bernard PREVOST et René POIRSON en séjour l’un à la mission de coopération, l’autre à l’état-major sénégalais. C’était un faux branleur. Intelligent, plein d’esprit et d’humour, ayant le sens de l’organisation, il était parvenu au grade de général parcimonieusement donné au Sénégal (trois son adresse postes en activité) puis nommé ambassadeur à Moscou. Il y a une vraie élite au Sénégal et on sait reconnaitre les compétences et les aptitudes.

Je l’avais rencontré par hasard au Val-de-Grâce il y a quelques années. Il s’était installé pour quelques mois à Rouen avec son épouse et venait régulièrement au Val pour subir un traitement long et cher. Nous avions dîné un soir en couple puis il est reparti au Sénégal et je n’ai plus eu de nouvelles. Il semble qu’il m’avait donné son adresse à Dakar mais je ne l’ai pas ici à Loctudy et je ne rentre à Montigny que fin septembre.

son adresse : BP4042 2 avenue Nelson Mandela  DAKAR Sénégal

Je ne pense pas qu’il soit indélicat d’envoyer un message à son épouse à son adresse Internet muntagadiallo@gmail.com, ce que je vais faire.

Douloureuses amitiés.

De Patrick VIGAN le 29/10

Chers amis

Je vous rends compte de ce que j’ai effectué au nom de la promo, la visite de circonstance à Madame veuve DIALLO épouse de notre feu petit co Mountaga. J’étais accompagné du Gal Ibrahima Gabar DIOP, pdt de la St Cyrienne Sénégal, et De Sherif BA, trésorier de ladite St Cyrienne, tous deux de la Gilles, et ce dernier camarade de promo de Mountaga, à l’appli artillerie

Une des filles de Mountaga était aussi présente.

Bien sûr j’ai remis notre petite contribution symbolique

La famille DIALLO, a été touché par la visite et le geste, et tout comme le pdt de la St Cyrienne Dakar nous ont vivement remercié pour cette visite « promotionnaire ».

J’ai appris à cette occasion que notre camarade DIAKATHE, qui pour raison de santé ne sort pratiquement pas de chez lui, s’était rendu à l’hôpital et à l’inhumation



lu (138) fois

Paul MOULIAN

Secrétaire perpétuel

2 thoughts on “Décès de notre petit-co sénégalais Mountaga DIALLO- message P. VIGAN du 29/10/17

  • Yves LEFEVRE
    9 septembre 2017 à 10 h 51 min
    Permalink

    Je me souviens encore de cette nuit d’hiver où nous étions de garde à Montervilly . Diallo était dans son mirador . On l’appelle pour prendre des nouvelles . Pas de réponse . On recommence . Toujours rien . On fait rentrer les chiens et vont va voir . Au pied du mirador c’est le silence , on monte et on trouve Diallo recroquevillé dans un coin , sans réaction, gelé . On le raméne au poste . On l’installe prés du feu, on le frictionne . De noire sa peau était devenue grise . Direction l’infirmerie . Je vous parle d’un temps où les mots “islamophobie” et “xénophobie” était inconnus . Un temps où l’amitié se construisait dans le vent et la pluie  de la lande bretonne . Un temps perdu corps et biens .Salut Diallo qu’Allah et ses milles vierges t’accueillent avec émotion et reconnaissance

  • Philippe MOUNIER
    6 septembre 2017 à 13 h 46 min
    Permalink

    C’est avec peine que j’apprends le décès de Mountaga.

    Je n’étais pas dans sa compagnie à Coët, mais nous étions dans le même groupe à la 94, à l’Ecole de Guerre. Cela crée des liens.  C’est là que je l’ai bien connu.

    J’en ai gardé le vivant souvenir d’un officier fin, intelligent et rempli d’humour. Pour moi, il appartenait à cette élite humaine dont nos amis africains ont tant besoin.

    Repose en paix Mountaga.

    Philippe Mounier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.