Décès de Vincent GUEZODJE

Chers amis,

Je viens d’apprendre par son fils Magloire, le décès de notre petit co béninois Vincent GUEZODJE . Il est décédé le 27 avril à COTONOU des suites d’une maladie et sera inhumé le 3 juin au BENIN.

Relire l’article du site promo sur sa carrière

Ceux qui souhaitent se manifester auprès de son fils, voici ses coordonnées :

Magloire GUEZODJE

73, rue Pasteur

94600 CHOISY LE ROI

06 23 21 04 03

mguezodje@hotmail.fr

de Philippe CELERIER

de Alain MOREL

Lettre envoyée à son fils Magloire

Cher Monsieur,

Par le secrétaire de notre promotion de Saint-Cyr, je viens d’apprendre le décès de Vincent, votre père, mon ami.

Nous nous sommes connus en septembre 1963, lorsque nous avons tous deux intégré à Coëtquidan la « Section Rutler » de l’Ecole Spéciale Militaire de St Cyr. Pendant deux années, nous avons ensemble affronté les difficultés innombrables, physiques et morales, de notre formation militaire. Il y a été aidé par une volonté farouche au service d’un physique exceptionnel. Gloire de notre section sur les stades, il a aussi été un camarade sûr dans les épreuves et un ami de commerce franc et agréable.

Nos routes ont divergé en  1965, chacun entamant sa carrière propre, la sienne brillant rapidement par l’exercice, à un jeune âge, d’importantes responsabilités politiques et ministérielles. Elles se sont à nouveau croisées une vingtaine d’années plus tard, en 1988, lorsque j’ai pris à Cotonou mes fonctions de Conseiller du ministre des finances, puis du Premier Ministre et du Président SOGLO. Il était alors Ministre des Enseignements moyens et supérieurs. Participant à la Conférence Nationale, il a au cours de cette période troublée fait la preuve d’une grande sagesse et d’une sérénité sans faille, assurant alors les difficiles fonctions de Chef d’Etat-Major Général des Armées. Nous avons de concert créé au Bénin le Contrôle des Armées, dont il aura été le premier Chef.

Puis, si nos routes ont à nouveau divergé, j’ai toujours suivi son parcours au Bénin, fier d’avoir connu son environnement familial, tant à Cotonou qu’à Abomey, et d’avoir été admis à visiter avec lui le palais et le tombeau de ses royaux ancêtres.

Il est  désormais avec eux, mais il restera dans mon cœur et ma mémoire.

Que la terre lui soit légère.

Alain MOREL

Contrôleur Général des Armées (2S)

Promotion Serment de 14

de Guy RAGEOT

Il y a un mois j’ai reçu un appel téléphonique du Bénin, la communication n’était pas très bonne et j’ai mis un certain temps avant de reconnaître Vincent GUEZODJE.

Il m’appelait pour me remercier de l’envoi de l’album trombinoscope des 50 ans que je lui avais fait porter , “en mains propres”, par un jeune professeur de Cotonou que j’ai connu stagiaire à Montpellier.

Il ne m’a pas parlé de problèmes de santé et m’avait dit envisager de venir à la réunion du 6 octobre. La surprise de son décès m’a beaucoup touché.

Je prie toute sa famille de recevoir mes sincères et amicales condoléances.

Une réponse de Magloire GUEZODJE du 14 mai 2017

Monsieur Rageot,
Je fais suite à votre message et vous en remercie.
Mes frères et moi même sommes reconnaissants de l’attention et de vos bons mots à l’égard de notre Papa. Les obsèques sont prévus pour début juin et je vous ferai parvenir dès que cela sera possible le fait part .
Aussi, je vous envoie cette photo qui pourra mieux convenir à votre communication.
Bien à vous,
Magloire

 



lu (179) fois

Laisser un commentaire