Une analyse vue d’un artilleur (X)

Lettre du 9 mars 1915 (extrait) : les St Cyriens en gants blancs et casoar

Dan une lettre du grand-père de Brigitte, datée du 9 mars 1915,  je note le passage ci-joint.
Cet homme était X et commandait comme lieutenant de réserve une batterie d’artillerie lourde à longue portée.
Cela explique peut-être son appréciation peu nuancée.

Tous les fantassins – j’entends les officiers – sont pessimistes.

Cela tient d’une part à ce qu’ils sont moins intelligents, que leur métier est indiscutablement plus dur, et qu’ils ont éprouvé dans les débuts de lourdes pertes. Pour une raison bien simple d’ailleurs, c’est qu’ils ne savaient pas faire la guerre. Ils partaient comme des fous, très bravement, c’est entendu, mais très bêtement, car ils se faisaient décimer sans utilité. Et si j’avais été colonel, j’aurai foutu dedans par exemple les jeunes St Cyriens qui chargeaient en gants blancs et casoar. Cela tenait d’ailleurs en partie aux enseignements de certaines andouilles comme … qui se faisait fort avec une compagnie de prendre une batterie. Maintenant, par exemple, je te garantis qu’ils attendent patiemment que nous leur ayions déblayé le terrain ! C’est pour cela qu’a Perthes il y en a eu relativement peu …

NDLR : Merci pour les fantassins :mrgreen: Je suppose qu’il devait savoir résoudre l’équation différentielles du 2e ordre chargée de résoudre la problèmatique de la balistique intérieure – moi il y a quelques années je savais la résoudre – mais je n’ai jamais commandé une batterie d’artillerie lourde, il fallait se salir les mains pour charger un obus et alors … les gants blancs !!!



lu (104) fois

2 thoughts on “Une analyse vue d’un artilleur (X)

  • Jean-Claude LUCAS
    20 octobre 2018 à 20 h 12 min
    Permalink

    Relativement peu de pertes à Perthes les Hurlus!!!

    Lors des combats de fin septembre 14 à avril 15 , la 34ième Div composée des 34, 59 et 83ième RI aurait livré 23 combats, 40 assauts et perdu 6500 hommes… Je ne me permettrais pas de mettre en cause L’intelligence ou l’efficacité des artilleurs…

    L’intérêt de monter à l’assaut en casoars et gants blancs n’est certes pas démontré, mais ils ne furent pas 6500 à le faire à Perthes. En revanche, humour pour humour, il n’est pas démontré non plus, que le peu qui le firent, le firent partout ailleurs à Perte! D’autant qu’on en parle encore.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.