Thierry CUENOT a définitivement quitté la montagne qu’il chérissait

Alain BLANCHARD vient de nous apprendre le décès de Thierry CUENOT dimanche 1er mars à 3h du matin. Nous le savions malade depuis plusieurs années mais les événements se sont accélérés cette semaine. Il était en soins palliatifs depuis un mois chez lui puis à l’hôpital.

Obsèques de Thierry : La cérémonie religieuse (qui ne sera pas une messe)  ont eu lieu jeudi 5 à 10 h 30 en l’église paroissiale de Challes les eaux (à 10 km de Chambéry). La promotion était représentée par Bernard PHILIPPE, Xavier FERNIER, Claude POPELKA, Antoine GOURAUD. Il y avait aussi une délégation de l’UNP avec drapeaux et plusieurs anciens chefs de corps du 13ème BCA.

La grande famille des Alpins vient encore de perdre un de ses fervents supporter.

La promo adresse à Annick, ses enfants et petits-enfants toutes ses amicales et chaleureuses condoléances. Nous ne l’oublierons pas.

Pour le moment nous n’avons pas d’information sur la suite des événements, mais venez régulièrement sur le site promo pour en savoir plus.

Hommage rendu par Alain BLANCHARD

J’ai fait la connaissance de Thierry en septembre 1962 en classe préparatoire pour Saint-Cyr, au Lycée Saint-Louis à Paris, la corniche Mangin. 1962 année difficile. Nous en avons gardé des liens assez forts pour subsister encore aujourd’hui.

Thierry a réussi le concours d’entrée dès sa première tentative.

Il sort bien classé de Coëtquidan et choisit l’infanterie métropolitaine. A la fin de l’année d’école d’application à Saint-Maixent, il opte pour un bataillon de Chasseurs Alpins : le 6ème BCA de Grenoble.

Après son stage des capitaines, il prend le commandement du centre de montagne de Beuil. Là, hélas, surviendra un drame qui l’affectera profondément. Au cours d’un exercice, sa compagnie est balayée par une avalanche, deux de ses soldats y laisseront la vie. La presse locale saisit naturellement l’occasion de laisser libre cours à son antimilitarisme, mais il sera blanchit par la justice civile. Il est alors affecté au 9ème RCP de Toulouse, le parachutisme est son autre passion, où il termine son temps de commandement.

Après un passage à Caen, il revient dans les Alpes comme officier montagne du 13ème BCA, puis au centre de préparation militaire de Lyon, puis à Saint-Maixent comme chef de cabinet du général. Il prend sa retraite à Lyon après un court séjour à l’état-major : il est alors Lt Colonel.

Retraite ne signifie par inactivité : commence alors une carrière civile en tant que directeur des maisons des Aveugles à Fourvière, puis de la fondation Furtado à Nice, une hôtellerie réservée aux familles de militaires, ce qui lui permettra de voir passer de nombreuses vieilles connaissances.

Il prend sa retraite définitive à Challes les Eaux en 2005 et consacre une partie importante de son temps à l’aéro-club local.

La promotion « Cinquantenaire du Serment de 1914 » présente ses condoléances à Annick son épouse et à leurs enfants et petits-enfants er s’associe à leur peine.

V 2.0

Rappel de la carrière de Thiérry CUENOT

  • 1962-63 – Corniche Mangin au Lycée Saint Louis Paris
  • 1963-65 – 3éme compagnie Section Moltes
  • 1965-66 – EAI Saint Maixent
  • 1966-71 – 6ème BCA Grenoble
  • 1971-73 – 22ème BCA Nice, chef du centre de montagne à Bueil
  • 1973-1974 – 9ème RCP Toulouse
  • 1974-78 – CIPM Caen
  • 1978-81 – 13ème BCA Chambéry officier montagne
  • 1981-87 – CIPM 57 Lyon
  • 1987-90 – ENSOA Saint Maixent
  • 1990-91 – prend l’article 5  et travaille comme chef des services généraux chez Auchan Lyon
  • 1991-98 – Directeur du Foyer des Aveugles Lyon
  • 1998-2005 – Directeur de la Foundation Furtado-Heime à Nice
  • 2005 retraite à Chailles les eaux près de Chambéry

La section MOLTES 7/1 et 3/1

Commentaires de :

Bernard PHILIPPE le 1er mars

Merci de ce rappel de carrière. Il ne faut pas oublier que cet alpin était un parachutiste de très haut niveau. Un sportif exceptionnel, d’une admirable modestie.

Jean-Pierre SOYARD le 1er mars

Bien triste nouvelle.
Thierry a été longtemps notre proche voisin à Nice, lorsqu’il était le responsable de la fondation Furtado Heine.
Nous avions des liens d’une solide amitié.
Nous assurons Annick de nos pensées les plus chaleureuses et de nos prières .
Jean-Pierre et Gwenaël

Jean-Louis VINCENT le 2 mars

Encore un ami qui disparait.
J’avais revu Thierry à plusieurs reprises notamment lors d’un séjour à Furtado-Heine.
Il nous avait invité à diner chez lui et ce fut un excellent moment.
C’était un gérant moderne et surtout très efficace de la fondation dont il était le gérant.
Et cela en toute modestie.
Condoléances à Annick et à sa famille

Jean-Jacques NOIROT le 2 mars

Nous étions dans la même brigade à Saint Maix.
“J’ai le vertige? Je choisis les r’alpins”
Un homme des défis. Un super petit co! Un vrai copain.

Georges NIETO le 9 mars

Désolé d’avoir loupé ses obsèques que je viens d’apprendre en lisant mes mails! C’est à moi, qui était de sa brigade à St MAIX, qu’il a dit lors d’une séance d”escalade du stage de MONTLOUIS:” Nieto, tiens bon, j’ai le vertige, je vais lâcher”. C’est un P’tit Co que j’ai beaucoup apprécié même si je n’ai pas compris qu’il ait choisi les Alpins. Mais il a dû se dire qu’il fallait savoir affronter ses peurs. Toutes mes sincères condoléances à sa femme et ses enfants!

2 thoughts on “Thierry CUENOT a définitivement quitté la montagne qu’il chérissait

  • Avatar
    12 avril 2020 at 19 h 23 min
    Permalink

    Très triste nouvelle. J’ai eu la chance de fréquenter et cotoyer thierry à grenoble en 1967/68 notamment au cercle de garnison où nous nous retrouvions souvent à midi à la table des célibataires. pour ma part j’étais affecté au 93° RAM(caserne bayard) et thierry au 6°BCA (caserne hoche). Il nous faisait part de ses exploits en parachutisme et en particulier ses sauts en altitude… Il y avait toujours beaucoup d’ambiance à cette table…

Laisser un commentaire